Quand les mensonges deviennent réalité

27 janvier 2012 par Frank Arnould

Nous finissons quelquefois par croire aux mensonges que nous avons rapportés sur notre passé. Une étude révèle l’origine probable de ce phénomène.

PNG - 63 ko

Les mensonges peuvent-ils influencer les souvenirs ? Selon Danielle Polage, de l’Université centrale de Washington, aux États-Unis, les rares études publiées sur le sujet semblent indiquer que nous finissons quelquefois par croire à la réalité des évènements que nous avons évoqués dans nos mensonges (Polage, 2012). C’est ce qu’elle appelle l’effet d’inflation par fabrication (fabrication inflation, en anglais).

Dans une série d’expériences, dont les résultats sont publiés dans la revue Acta Psychologica, la psychologue pense avoir découvert l’origine possible de ce phénomène.

Dans la première étude, des étudiants doivent mentir de manière convaincante à propos d’évènements qu’ils auraient vécus pendant leur enfance. Une semaine plus tard, les participants ont tendance à croire que ces évènements leur sont vraiment arrivés dans le passé. Toutefois, cette inflation par fabrication est plus prononcée chez certaines personnes, tout particulièrement chez celles indiquant mentir fréquemment, chez celles présentant un niveau de dissociation [1] élevé et chez celles ayant ressenti de la gêne à mentir pendant l’expérience. Or, ces trois caractéristiques personnelles sont connues pour être associées à des difficultés de contrôle de la source des souvenirs, c’est-à-dire à la capacité d’attribuer un souvenir à la réalité ou à l’imagination (Johnson & Raye, 1981 ; Johnson, Hashtroudi, & Lindsay, 1993).

Le rôle du contrôle de la source dans l’effet d’inflation par fabrication est confirmé dans la seconde expérience. Le phénomène est, en effet, accentué quand les participants inventent un mensonge sur leur enfance dans une session expérimentale séparée de la session de test, c’est-à-dire de celle où il leur est demandé de juger de la réalité des faits décrits dans le mensonge. Selon l’auteur, cette manipulation expérimentale aurait rendu le contrôle de la source plus difficile à réaliser.

« Ces résultats suggèrent que des personnes peuvent initialement tenter de duper autrui, mais elles finissent par être les victimes de leurs propres mensonges » conclut la psychologue (p. 342, notre traduction).

Références :

Johnson, M. K., & Raye, C. L. (1981). Reality monitoring. Psychological Review, 88(1), 67-85.

Johnson, M. K., Hashtroudi, S., & Lindsay, D. S. (1993). Source monitoring. Psychological Bulletin, 114(1), 3-29.

Polage, D. C. (2012). Fabrication inflation increases as source monitoring ability decreases. Acta Psychologica, 139(2), 335-342.

Mots clés :

Mensonge – Faux souvenirs – Fausses croyances autobiographiques – Mémoire – Cognition – Adultes

Crédit photo :

abdallahh
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] La dissociation est définie comme l’échec d’une personne à intégrer ses expériences personnelles dans sa conscience et sa mémoire.