• Accueil
  • Actualités
  • Quels indices utilisons-nous pour évaluer la crédibilité d’une personne ?

Quels indices utilisons-nous pour évaluer la crédibilité d’une personne ?

5 décembre 2007 par Frank Arnould

Motivation et ressources cognitives disponibles modulent le choix des indices du mensonge que nous utilisons pour évaluer la crédibilité d’une personne.

JPEG - 30.7 ko
Crédits photo : waterlilysage Certains droits réservés : License Creative Commons

Les psychologues allemands Marc-André Reinhard, de l’Université de Mannheim, et Siegfried Sporer, de l’Université de Giessen, ont observé que le choix des indices du mensonge et de la vérité que nous utilisons pour évaluer la crédibilité d’une personne est modulé par notre niveau d’implication dans la réalisation de cette tâche. Lorsque la motivation est élevée, nous formons notre jugement en tenant compte aussi bien des comportements verbaux que non verbaux de la personne ; lorsqu’elle est faible, la crédibilité est estimée uniquement à partir d’indices non verbaux.

Les chercheurs ont découvert que les ressources cognitives disponibles pour évaluer la crédibilité d’une personne modulent également le choix des indices comportementaux du mensonge et de la vérité. Lorsque nous disposons de toutes nos ressources cognitives, nous jugeons la crédibilité à partir des comportements verbaux et non verbaux. Lorsque nos ressources ne sont pas entièrement disponibles, parce que nous effectuons simultanément une autre tâche, nous nous contentons des indices non verbaux.

Pour les auteurs de ces expériences, les résultats confirment l’hypothèse selon laquelle l’évaluation de la crédibilité d’une personne repose sur deux processus. Lorsque la motivation est élevée ou que les ressources sont entièrement disponibles, nous utilisons toutes les informations disponibles. Ce mode exigeant de traitement des informations est dit central ou systématique. Par contre, lorsque la motivation est faible ou que les ressources cognitives ne sont pas complètement disponibles, nous nous servons d’un nombre plus restreint de comportements. Ce mode de traitement des informations moins contraignant est dit périphérique ou heuristique [1].

Référence :

Reinhard, M.A., & Sporer, S.L. (2008). Verbal and non verbal behaviour as a basis for credibility attribution : The impact of task involvement and cognitive capacity. Journal of Experimental Social Psychology, 44(3), 477-488.

Mots-clés :

Détection du mensonge, Crédibilité, Motivation, Ressources cognitives, Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Mensonge et détection du mensonge

Détecter le mensonge : besoin de cognition ?

Détection du mensonge : changer les pratiques

Crédit photo :

waterlilysage

Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Le traitement heuristique repose sur l’utilisation de règles de jugement.