Reconnaissance de visages à travers les continents

3 mars 2009 par Frank Arnould

Reconnait-on mieux les personnes issues de notre propre groupe ethnique ? Généralement oui, mais ce phénomène serait géographiquement déterminé.

PNG - 48.9 ko

Les personnes reconnaissent généralement moins bien les visages d’individus provenant d’un groupe ethnique différent du leur. Par ailleurs, ces visages sont aussi plus fréquemment l’objet de méprise. Ce résultat pourrait expliquer certaines erreurs d’identification commises par des témoins oculaires.

Le psychologue Gustave A. Feinglod s’est intéressé, dès le début du siècle dernier, à ce phénomène (Feingold, 1914), dont l’étude systématique a véritablement débuté à la fin des années 60 (Malpass & Kravitz, 1969).

Les chercheurs travaillant sur cet « effet inter-racial » (cross-race effect) ou « biais intra-racial (own-race bias) considèrent implicitement que les « races » constituent des groupes perceptivement homogènes. Une recherche publiée récemment par Patrick M. Chiroro, de l’Université de Prétoria, Afrique du Sud, et ses collègues montre clairement que cette approche est erronée.

Dans cette étude, des étudiants d’université blancs et noirs résidant en Afrique du Sud ont pour tâche de mémoriser des visages blancs et noirs sud-africains et américains. Les auteurs constatent que les participants blancs sud-africains reconnaissent mieux les visages blancs sud-africains que les visages blancs américains. De même, les participants noirs sud-africains reconnaissent mieux les visages noirs sud-africains que les visages noirs américains. L’« effet inter-racial » aurait donc, en quelque sorte, une base géographique !

A partir de ces résultats, les auteurs formulent plusieurs conclusions. Ils pensent notamment que l’existence de variations à l’intérieur d’un « groupe racial » constitue un argument supplémentaire pour considérer que le concept de « race » est difficilement définissable. Il est peut être temps, disent-ils, d’abandonner ce terme.

Par conséquent, les concepts de « biais intra-racial » ou d’ « effet inter-racial » devraient également disparaître. D’ailleurs, ce qui est décrit par ces notions n’aurait rien de particulier, mais exprimerait un phénomène plus général : nous reconnaissons mieux les visages de personnes provenant de notre propre groupe d’appartenance (Sporer, 2001). En effet, certains travaux montrent qu’un phénomène similaire existe pour d’autres caractéristiques perceptives des visages, comme l’âge et le sexe, mais également pour des attributs d’appartenance sociale. Par exemple, des étudiants blancs reconnaissent mieux d’autres visages d’étudiants blancs, initialement inconnus d’eux, quand on les informe que ces derniers sont inscrits dans la même université (Bernstein, Young & Hugenberg, 2007) !

Références :

Bernstein, M. J., Young, S. G., & Hugenberg, K. (2007). The cross-category effect : Mere social categorization is sufficient to elicit an own-group bias in face recognition. Psychological Science, 18(8), 706-712.

Feingold, G.A. (1914). The influence of environment on identification of persons and things.Journal of the American Institute of Criminal Law and Criminology, 5(1), 39-51

Chiroro, P.M., Tredoux, C.G., Radaelli, S., & Meissner, C.A. (2008). Recognizing face across continents : The effects of within-race variations on the own-race bias in face recognition. Psychonomic Bulletin & Review, 15(6), 1089-1092.

Malpass, R.S., & Kravitz, J. (1969). Recognition of faces of own and other race. Journal of Personality and Social Psychology, 13(4), 330-334.

Sporer, S.L. (1991). Recognizing faces of other ethnic groups : An integration of theories. Psychology, Public Policy, and Law, 7(1), 36-97.

Autre lecture recommandée :

Py, J., & Burdairon, N. (2002). L’effet de l’appartenance ethnique dans la reconnaissance des visages : de nouveaux arguments pour une perspective psychosociale. Nouvelle Revue de Psychologie Sociale, 1(1), 72-77. Étude de l’effet inter-ethnique en France.

Mots clés :

Reconnaissance des visages – Effet trans-ethnique – Mémoire – Cogniton - Adultes

A lire également sur PsychoTémoins :

Catégorisation sociale et biais dans la reconnaissances des visages

Crédit photo :

√oхέƒx™
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)