Reconnaissance des visages et direction du regard [Mise à jour]

9 février 2012 par Frank Arnould

Les visages au regard direct sont mieux reconnus que les visages au regard fuyant. Ce phénomène serait néanmoins influencé par le sexe des individus et l’ethnie des visages.

PNG - 39 ko

La direction du regard est un indice social important. Elle permet, par exemple, de diriger notre attention là où s’est tourné le regard de notre interlocuteur (attention conjointe), ou encore d’inférer certains états mentaux de nos partenaires. Les chercheurs ont découvert les structures du cerveau qui seraient impliquées dans la perception de la direction du regard, comme le sillon temporal supérieur (Bruce & Young, 2012). Plusieurs travaux ont aussi révélé que les visages dont le regard nous fixe directement sont mieux reconnus que les visages fuyants.

Une étude vient de confirmer ce résultat (Adams, Pauker, & Weisbuch, 2010). Cependant, elle indique aussi que la direction du regard pourrait moduler l’effet interethnique dans la reconnaissance des visages. Ce biais mnésique provoque habituellement une meilleure mémoire des visages issus de notre propre groupe ethnique par rapport à ceux provenant de groupes « racialement » distincts de nous.

Dans l’expérience mise au point par les chercheurs, des étudiants américains d’origine européenne devaient mémoriser différents visages de personnes noires et blanches au regard direct ou évitant. Ils étaient ensuite invités à les reconnaître parmi de nouveaux visages.

Les participants se sont mieux souvenus des visages de leur ethnie d’appartenance, mais uniquement quand ceux-ci présentaient un regard direct. Comme le soulignent les auteurs de l’étude, ce résultat est d’autant plus surprenant que la déviation de l’iris vers la droite ou vers la gauche, dans les visages au regard fuyant, n’était que de quelques millimètres.

Une nouvelle étude (Goodman, Phelan, & Johnson, 2012) rapporte, quant à elle, l’existence de différences sexuelles dans la mémoire des visages en fonction de la direction du regard, du moins chez l’adulte. Ainsi, les hommes se sont mieux souvenus des visages avec regard direct que des visages avec regard évitant. Par contre, les femmes se sont aussi bien souvenues de ces deux catégories de visages. De plus, dans le test de reconnaissance, elles ont pris plus de temps pour se décider quand les visages arboraient un regard fuyant pendant la phase de mémorisation. Elles avaient donc probablement pris conscience de la difficulté que présentaient ces visages, et ont donc choisi de s’octroyer un temps suoplémenaire avant de répondre. Cela n’a pas été le cas chez les hommes.

Les résultats montrent également que des enfants et adolescents, âgés de 7 à 16 ans, ont mieux reconnu les visages avec regard direct que les visages avec regard évitant, aussi bien les garçons que les filles. Chez l’adulte, la direction du regard aurait donc un effet différent sur la reconnaissance des visages en fonction du sexe, mais pas chez l’enfant.

Dans cette nouvelle étude, les participants devaient étudier des visages présentant un regard direct ou évitant. Ils devaient ensuite essayer de les reconnaître parmi des visages nouveaux. Dans ce test de reconnaissance, tous les visages (anciens et nouveaux) étaient présentés avec les yeux fermés.

PNG - 132.8 ko
Les sillons du cerveau, vue externe

Références :

Adams Jr., R.B. Pauker, K., & Weisbuch, M. (2010). Looking the other way : The role of gaze direction in the cross-race memory effect. Journal of Experimental Social Psychology, 46(2), 478-481. doi :10.1016/j.jesp.2009.12.016

Bruce, V., & Young, A. (2012). Face Perception. Hove : Psychology Press

Goodman, L. R., Phelan, H. L., & Johnson, S. A. (2012). Sex differences for the recognition of direct versus averted gaze faces. Memory, 20(3), 199-209. doi:10.1080/09658211.2011.651089

Mots clés :

Reconnaissance inter-ethnique des visages - Sexe - Différences individuelles - Direction du regard - Mémoire - Cognition - Adultes

Crédits images :

Erinisfunky

Certains droits réservés (Licence Creative Commons)

Sillons du cerveau : par Pancrat (Travail personnel) [GFDL ou CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0], via Wikimedia Commons

Publié le 15 janvier 2010
Mis à jour le 9 février 2012