Reconnaissance interethnique des visages et asymétrie cérébrale

18 avril 2011 par Frank Arnould

Un lien a été découvert entre asymétrie hémisphérique dans le traitement des visages et difficulté à reconnaître des visages d’autres groupes ethniques.

GIF - 515.3 ko
C’est dans le gyrus fusiforme (en rouge) qu’est localisée l’une des zones du cerveau impliquées dans le traitement des visages

Les êtres humains sont généralement des experts dans la reconnaissance des visages. Cette expertise résulte du fait que ces stimuli visuels sont abordés de manière globale (dite configurale) plutôt que par une analyse trait par trait (Maurer, Le Grand, & Mondloch, 2002). C’est préférentiellement dans l’hémisphère cérébral droit que s’opère le traitement des visages, en particulier leur analyse configurale (Hole & Bourne, 2010).

Il existe pourtant des situations dans lesquelles une telle expertise est mise à mal. C’est notamment le cas quand les sujets doivent reconnaître les visages de personnes appartenant à des groupes ethniques différents du leur. Non seulement ces personnes sont moins bien reconnues, mais elles sont aussi plus fréquemment l’objet d’erreurs d’identification (Bertone, Mélen, Py, & Somat, 1995 ; Meissner & Brigham, 2001 ; de Viviés, Kelly, Cordier, & Pascalis, 2010). Les visages « racialement » différents ne bénéficieraient pas d’un traitement configural (Rhodes, Brake, Taylor, & Tan, 1989).

Une nouvelle étude (Correll, Lemoine, & Ma, 2011) montre justement que, si les participants reconnaissent mieux les visages de leur groupe ethnique que ceux d’un groupe ethnique différent, cet avantage est encore plus marqué quand les visages sont traités par l’hémisphère droit.

De plus, les difficultés de reconnaissance des visages de l’autre groupe ethnique sont plus importantes quand ces visages ont été pris en charge par l’hémisphère cérébral droit plutôt que par l’hémisphère cérébral gauche.

Pour obtenir ces résultats, l’équipe de chercheurs a procédé de la manière suivante. Soixante-quatorze étudiants américains, d’origine européenne et africaine, ont visionné des visages européens et africains. Ces visages leur ont été présentés soit dans le champ visuel gauche (hémisphère droit), soit dans le champ visuel droit (hémisphère gauche). Après la présentation d’un visage, les participants ont essayé de le reconnaître parmi des visages nouveaux.

Identification interethnique et erreurs judiciaires

L’objectif de l’Innocence Project, aux États-Unis, est de disculper des condamnés innocents en procédant à des tests ADN. Sur son site web, cette organisation non gouvernementale note que 75 % des condamnations injustifiées qu’elle a eu à traiter sont la conséquence d’erreurs d’identification des condamnés. Dans au moins 40 % de ces cas, une identification interethnique avait eu lieu.

Source : http://www.innocenceproject.org/Content/Facts_on_PostConviction_DNA_Exonerations.php

Références :

Bertone, A., Mélen, M., Py, J., & Somat, A. (1995). Témoins sous influences : recherches de psychologie sociale et cognitive. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Correll, J., Lemoine, C., & Ma, D. S. (2011). Hemispheric asymmetry in cross-race face recognition. Journal of Experimental Social, 47(6), 1162-1166.

Hole, G. J., & Bourne, V. (2010). Face Processing : Psychological, Neuropsychological, and Applied Perspectives. Oxford : Oxford University Press.

Maurer, D., Le Grand, R., & Mondloch, C. J. (2002). The many faces of configural processing. Trends in Cognitive Sciences, 6(6), 255-260.

Meissner, C. A., & Brigham, J. C. (2001). Thirty years of investigating the own-race bias in memory for faces : A meta-analytic review. Psychology, Public Policy, and Law, 7(1), 3-35.

Rhodes, G., Brake, S., Taylor, K., & Tan, S. (1989). Expertise and configural coding in face recognition. British Journal of Psychology, (80)3, 313-331.

de Viviés, X., Kelly, D. J., Cordier, V., & Pascalis, O. (2010). Reconnaissance des visages d’un autre groupe ethnique : éclairage d’une approche développementale. Psychologie Française, 55(3), 243-257.

Mots clés :

Reconnaissance interethnique des visages – Mémoire – Spécialisation hémisphérique – Asymétrie hémisphérique – Traitement configural – Cognition – Adultes

Crédit image :

Wikimedia Commons