Souvenirs précoces chez les jeunes enfants

31 janvier 2008 par Frank Arnould

Alors que les adultes ont des souvenirs très pauvres concernant les expériences vécues avant l’âge de trois ans et demi, les jeunes enfants, eux, n’ont pas tout oublié.

JPEG - 17.5 ko
Crédit photo : Avolore
Certains droits réservés : Licence Creative Commons

Les adultes ont de grandes difficultés à retrouver des souvenirs d’expériences personnelles survenues avant l’âge de trois ans et demi. C’est le phénomène d’amnésie infantile. Pourtant, selon une étude publiée par les psychologues Emily Sutcliffe Cleveland et Elaine Reese, les enfants de cinq ans et demi n’ont pas tout oublié de ce qui s’est passé avant cet âge fatidique. Ils peuvent même se remémorer certaines informations qui concernent des événements vécus alors qu’ils étaient âgés d’un an et demi. Néanmoins, les deux chercheurs ont constaté un changement qualitatif entre les souvenirs d’expériences vécues avant et après l’âge de deux ans. Environ la moitié des souvenirs d’événements survenus avant l’âge de deux ans sont précis. Après cet âge, plus de 75 % le sont. Ces données conduisent les auteurs de l’étude à faire un constat surprenant : si les enfants de cinq ans et demi conservent des souvenirs de leur passé, même lointain, l’amnésie infantile débuterait bien dès l’enfance et même un an plus tôt que lorsqu’elle est étudiée rétrospectivement chez l’adulte (p. 139) !

Référence :

Sutcliffe Cleveland, E., & Reese, E. (2008). Children remember early childhood : Long-term recall across the offset of childhood amnesia. Applied Cognitive Psychology, 22, 127-142.

Mots-clés :

Amnésie infantile, Mémoire à long terme, Mémoire autobiographique, Oubli, Enfants

A lire également sur PsychoTémoins :

La frontière de l’amnésie infantile

Le destin des souvenirs autobiographiques chez l’enfant