• Accueil
  • Actualités
  • Stéréotypes et fausses informations : effets sur le témoignage d’enfants

Stéréotypes et fausses informations : effets sur le témoignage d’enfants

24 août 2006 par Frank Arnould

La littérature expérimentale a abondamment montré que des suggestions peuvent être intégrées dans les témoignages d’enfants ou d’adultes. Des stéréotypes sur une personne peuvent être communiqués avant l’événement auquel le témoin a assisté et risquer ainsi de modifier son compte-rendu : c’est le phénomène d’induction du stéréotype [1]. Des suggestions peuvent aussi être présentées après l’événement : c’est l’effet des informations trompeuses.

Memon, Holliday et Hill (2006) ont étudié à la fois l’effet de l’induction d’un stéréotype et des fausses informations sur le témoignage d’enfants de 5 à 6 ans. L’expérience se déroule sur plusieurs jours et en différentes étapes :

- on leur racontait tout d’abord une histoire sur un homme, Jim, qui était décrit comme maladroit (induction d’un stéréotype négatif) ou soigneux (induction d’un stéréotype positif), ou encore de façon neutre (pas d’induction de stéréotype) ;

- quelques jours plus tard, Jim rendait visite à l’école où il accomplissait, de manière neutre, différentes actions devant les enfants ;

- ultérieurement, un expérimentateur lisait aux enfants un compte rendu de la visite de Jim qui contenait des informations trompeuses consistantes et inconsistantes avec le stéréotype qui leur avait été suggéré ;

- le dernier jour, les enfants étaient interrogés sur cette visite. On leur demandait tout d’abord ce dont ils se rappelaient librement avant de répondre par oui ou non à des questions. Afin d’évaluer la contribution de la remémoration consciente (recollection - souvenir conscient d’un événement antérieur) et de la familiarité (un item est reconnu parce qu’il est familier au sujet) dans le souvenir des fausses informations, les auteurs ont utilisé les principes de la procédure de dissociation des processus. La méthode reposait sur des consignes d’inclusion (la réponse peut être faite sur la base de la remémoration et de la familiarité) et d’exclusion (dans laquelle les deux processus s’opposent). Ainsi, pour la moitié du test de reconnaissance, les enfants avaient pour consigne de répondre oui lorsqu’ils se souvenaient avoir vu les détails au cours de la visite (inclusion) et non pour les autres (exclusion). Pour la seconde moitié des items, les enfants devaient répondre par oui lorsqu’ils se souvenaient de détails qui avaient été racontés après la visite par l’expérimentateur (inclusion) et non dans l’autre cas (exclusion). A partir des réponses aux consignes d’inclusion et d’exclusion, deux équations permettaient ensuite d’évaluer la probabilité de se souvenir de fausses informations d’une part sur la base de la remémoration et d’autre part sur celle de la familiarité.

Les enfants ont montré plus de difficulté à écarter des informations trompeuses positives sur Jim lorsqu’eux-mêmes possédaient un stéréotype qui lui était favorable. Les analyses indiquent également que les souvenirs des fausses informations sont basés à la fois sur les processus de remémoration et de familiarité. La reconnaissance des informations trompeuses négatives est basée plus largement sur la remémoration alors que celle des suggestions positives est plus fondée sur la familiarité. Contrairement aux attentes des auteurs, le rappel libre des enfants n’a pas été influencé par l’induction du stéréotype. A cela, les auteurs envisagent deux explications possibles. D’une part, les comptes rendus des jeunes enfants à des questions ouvertes sont connus pour être généralement incomplets, ce qui n’aurait pas permis de détecter l’influence du stéréotype ; d’autre part, son induction n’a peut être pas été assez efficace.

Références :

Memon, A., Holliday, R., & Hill, C. (2006). Pre-event stereotype and misinformation effects in young children. Memory, 14, 104-114.

Pour une introduction à la procédure de dissociation des processus :

Adam, S. (2003). Nouvelles techniques d’évaluation de la mémoire : procédure de dissociation des processus et paradigme R/K. In Meulemans, T., Desgranges, B., Adam, S., Eustache, F. (Eds.), Evaluation et prise en charge des troubles mnésiques. Marseille : Solal.

Jacoby, L.L. (1991). A process dissociation framework : Separating automatic from intentional uses of memory. Journal of Memory and Language, 30, 513-541.

Mots-clés :

Témoignage oculaire, Suggestibilité, Mémoire, Information trompeuse, Induction du stéréotype, Faux souvenir, Enfants


[1] Memon, Holliday et Hill (2006) relatent le cas de Federico Macias, condamné à mort pour meurtres au Texas, notamment sur la base du témoignage d’une fillette de 9 ans qui avait affirmé l’avoir vu les mains et la chemise ensanglantées le jour du crime. Plusieurs années après, elle s’est rétractée en rappelant que sa mère lui avait communiqué à plusieurs reprises des stéréotypes négatifs sur Macias avant l’événement en cause. Condamné en 1984, il fut disculpé et relâché en 1993.