Stratégies d’identification d’un suspect

7 novembre 2008 par Frank Arnould

Prendre une décision face à une parade d’identification impliquerait l’utilisation de deux processus de jugement. Une expérience teste cette proposition théorique.

Selon les psychologues Joanna Pozzulo et Roderick Lindsay, l’identification d’un suspect dans un tapissage de police simultané [1] impliquerait l’usage de deux formes de jugement : le jugement relatif et le jugement absolu. Le premier consiste à déterminer quel membre de la parade est le plus ressemblant au criminel ; le second permet de décider si ce membre est bien le criminel.

Quand le coupable est présent dans la parade, l’utilisation du jugement relatif conduit souvent les témoins oculaires à identifier la bonne personne. L’utilisation du jugement absolu n’est pas nécessaire. Par contre, quand le coupable est absent de la parade et qu’un suspect innocent prend sa place, effectuer un jugement absolu est requis pour décider que la personne la plus ressemblante n’est pas le criminel. S’en tenir à un jugement relatif dans cette situation conduit fréquemment les témoins à identifier une personne innocente (Pozzulo & Lindsay, 1999, p. 168).

Joanna Pozzulo et ses collègues de l’Université Carleton à Ottawa, Canada, testent cette théorie des deux jugements dans une nouvelle expérience (Pozzulo, Crescini & Lemieux, 2008). Des étudiants sont invités à identifier ou non une personne vue précédemment dans dans un enregistrement vidéo. Cependant, la parade d’identification est en réalité composée uniquement de personnes innocentes. La bonne décision est donc de déclarer qu’aucun individu ne correspond au « coupable ». Certains participants font face à la parade pendant 2 secondes seulement, les autres pouvant prendre tout le temps qu’ils jugent nécessaire. Les auteurs pensent que dans un tapissage sans coupable, un temps réduit pour visualiser la parade devrait contraindre les témoins à utiliser uniquement un jugement relatif ; un temps illimité favoriserait l’utilisation des deux formes de stratégie d’identification. En conséquence, les seconds devraient prendre des décisions plus précises que les premiers.

Or, les chercheurs constatent que le temps d’exposition de la parade n’a pas d’influence sur les décisions des témoins. Qu’elle soit vue brièvement ou pendant un temps non limitée, 61 pour cent des témoins décident avec raison qu’aucun individu ne correspond à la personne filmée ; trente-neuf pour cent commettent une erreur d’identification. A première vue, ces données contredisent les prédictions faites par la théorie des deux jugements. Les auteurs pensent néanmoins qu’il s’agit d’une première étape dans le test de ce modèle.

Références :

Pozzulo, J.D., Crescini, C., & Lemieux, J.M.T. (2008). Are accurate witness more likely to make absolute judgments ? International of Law and Psychiatry, 31(6), 495-501.

Pozzulo, J.D., & Lindsay, R.C.L. (1999). Elimination lineups : An improved identification procedure for child eyewitness. Journal of Applied Psychology, 84(2), 167-176.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Parade d’identification – Tapissage – Jugement absolu – Jugement relative – Stratégie – Prise de décision – Mémoire – Cognition - Adultes


[1] Dans cette procédure, la plus courante, tous les membres de la parade d’identification sont présentés au témoin en même temps.