• Accueil
  • Actualités
  • Stress et mémoire : le rétrécissement des souvenirs chez l’enfant

Stress et mémoire : le rétrécissement des souvenirs chez l’enfant

20 décembre 2011 par Frank Arnould

Comme les adultes, les enfants se souviendraient mieux des détails centraux d’une situation stressante que de ses détails périphériques.

JPEG - 41.9 ko

Chez l’adulte, les détails centraux d’un évènement stressant sont généralement mieux remémorés que ses détails périphériques (Christianson, 1992 ; Levine & Edelstein, 2009). Une nouvelle étude révèle que ce phénomène de « rétrécissement des souvenirs » serait aussi présent chez l’enfant (Rush, Quas, & Yim, 2011).

Des enfants de 9 à 12 ans et de jeunes adultes ont été placés individuellement dans une situation stressante : ils devaient prononcer un discours puis résoudre des problèmes d’arithmétique devant un public. Deux semaines plus tard, les participants ont été invités à se souvenir de l’évènement en répondant à des questions de rappel libre (par exemple, « Dis-moi tout ce dont tu te souviens »), puis à des questions directes portant sur les détails centraux et périphériques de la situation. Un détail central était défini comme tout élément de l’évènement pouvant déclencher le stress.

Dans les réponses aux questions de rappel libre, les adultes se sont mieux remémoré les détails centraux que les enfants, et les deux groupes d’âge ont rappelé autant de détails périphériques.

Dans les réponses aux questions directes, plus le stress ressenti pendant l’évènement augmentait, moins les participants, jeunes ou adultes, se souvenaient d’informations périphériques correctes, alors que leur mémoire des détails centraux corrects restaient constante. Plus les participants se sont sentis stressés, plus ils avaient aussi tendance à dire « Je ne sais pas » en réponse aux questions portant sur des informations périphériques. Par contre, les différents niveaux de stress n’ont pas influencé les proportions de ce type de réponse à propos des détails centraux.

Ces données, ont jugé les chercheurs, indiquent que « Globalement, les souvenirs des informations les plus importantes et les plus pertinentes d’évènements stressants semblent être bien encodés et retenus, même à des niveaux élevés de stress, chez l’enfant et l’adulte » (p. 848, notre traduction). Bien entendu, cette conclusion ne vaut que pour les classes d’âge sélectionnées dans cette étude. Néanmoins, elle est importante pour les professionnels évaluant la fiabilité de la parole des enfants au cours d’enquêtes judiciaires.

Un effet d’élargissement des souvenirs ?

Des chercheurs (Yegiyan & Yonelinas, 2011) ont demandé à de jeunes adultes de mémoriser des images positives et négatives, puis de les reconnaître quelques minutes plus tard. Plus l’éveil émotionnel provoqué par les images négatives augmentait, plus les participants se sont mieux souvenus des détails centraux présents dans les photographies. La mémoire des détails périphériques s’améliorait puis se détériorait quand des niveaux élevés d’éveil étaient atteints, povoquant alors un rétrécissement des souvenirs.

Plus l’éveil émotionnel provoqué par les images positives augmentait, plus les participants se sont mieux souvenus des détails centraux, mais aussi périphériques, présents dans les images. Autrement dit, les images positives ont été responsables d’un « élargissement » des souvenirs (memory broadening en anglais).

Références :

Christianson, S. A. (1992). Emotional stress and eyewitness memory : A critical review. Psychological Bulletin, 112(2), 284-309.

Levine, L. J., & Edelstein, R. S. (2009). Emotion and memory narrowing : A review and goal-relevance approach. Cognition & Emotion, 23(5), 833.

Rush, E. B., Quas, J. A., & Yim, I. S. (2011). Memory narrowing in children and adults. Applied Cognitive Psychology, 25(6), 841-849.

Yegiyan, N. S., & Yonelinas, A. P. (2011). Encoding details : Positive emotion leads to memory broadening. Cognition & Emotion, 25(7), 1255-1262.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Stress – Émotion positive – Émotion négative – Activation – Rappel libre – Reconnaissance – Mémoire – Cognition – Mineurs – Mineurs – Enfants d’âge scolaire – Adultes jeunes

À lire également sur PsychoTémoins :

Témoignage oculaire et souvenirs d’un évènement émotionnel

Mémoire, émotion et témoignage

Faux souvenirs : centraux ou périphériques ?