Témoignage auditif et qualité sonore des voix

16 juillet 2010 par Frank Arnould

Quels sont les effets de la qualité sonore d’un téléphone mobile sur l’identification de voix ?

PNG - 69.3 ko

Selon les estimations fournies par la société Ericsson en juillet 2010, cinq milliards d’abonnements à une offre de téléphonie mobile auraient été souscrits dans le monde. C’est sept fois plus qu’il y a dix ans. Concomitamment, une hausse du nombre de crimes impliquant l’utilisation d’un téléphone portable est observée dans plusieurs pays.

La mauvaise qualité sonore de ce type d’appareil peut-elle influencer la capacité à identifier une voix ? Pour répondre à cette question, une équipe de psychologues suédois a convié des personnes à écouter une conversation criminelle simulée, enregistrée en direct ou via un téléphone mobile (Öhman, Eriksson, & Granhag, 2010). Deux semaines plus tard, les témoins ont été invités à identifier la voix du délinquant parmi six autres. Les voix présentées dans la parade d’identification auditive ont été enregistrées en direct pour la moitié des participants et avec un téléphone portable pour l’autre moitié.

Aucune influence significative de la qualité sonore des enregistrements (ceux de la présentation initiale de la voix et ceux des parades d’identification) n’a été observée sur la performance des témoins dans les tapissages auditifs. La voix du malfaiteur a été rarement identifiée, le taux d’identification correspondant à celui du niveau de la chance… Cinquante-sept pour cent des participants ont commis des erreurs d’identification, en choisissant une voix différente de celle du délinquant.

Malgré les précautions prises pour sélectionner les voix présentées dans les parades, afin qu’aucune d’elles ne puisse se détacher des autres, les chercheurs ont observé que la voix d’un figurant a été choisie plus fréquemment (dans 54 % des cas) que celle d’autres figurants. Cette donnée a pu fausser, au moins en partie, les résultats.

Néanmoins, l’étude suédoise a confirmé un fait connu : l’identification de voix n’est pas fiable (Yarmey, 2007). En outre, les chercheurs ont constaté que les difficultés d’identification ne sont pas significativement accentuées par la piètre qualité sonore d’un téléphone portable. Les témoins n’ont tiré aucun bénéfice d’un tapissage de voix enregistrées via un téléphone portable s’ils avaient été confrontés initialement à la voix du malfaiteur via ce type d’appareil.

Références :

Öhman, L., Eriksson, A., & Granhag, P.A. (2010). Mobile phone quality vs. direct quality : How the presentation format affects earwitness identification accuracy. The European Journal of Psychology Applied to Legal Context, 2(2), 161-182.

Yarmey, A. D. (2007). The psychology of speaker identification and earwitness memory. In R. Lindsay, D. Ross, J. Read, & M. Toglia (Éds.), The Handbook of Eyewitness Psychology (Vol. 2, Memory for People, p. 101-136). Mahwah : Lawrence Erlbaum Associates.

Mots clés :

Témoignage auditif – Téléphone mobile – Mémoire – Parade d’identification – Tapissage de police - Adultes

Crédit photo :

aminn
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)