Témoignage d’enfants : le soutien de l’enquêteur en renfort

7 décembre 2007 par Frank Arnould

Les enfants bénéficiant du soutien de l’enquêteur se sentent moins anxieux et résistent mieux aux suggestions.

Quel type de rapport social devrait établir un enquêteur avec les enfants qu’il interroge ? Jehanne Almerigogna et ses collègues des Universités de Portsmouth et de Leicester au Royaume-Uni, ont observé que des enfants de huit à onze ans se montrent moins vulnérables aux questions suggestives lorsque l’interviewer est chaleureux, amical, détendu et les soutient socialement. Par contre, les enfants succombent plus facilement aux suggestions quand l’interviewer se montre froid, austère et peu enclin à tisser des liens sociaux avec eux. La conduite chaleureuse de l’entretien a une vertu supplémentaire : les enfants se sentent moins anxieux après l’interrogatoire (comparativement au niveau d’anxiété éprouvé avant l’entretien). Au contraire, les enfants qui ne bénéficient pas du soutien social de l’interviewer se sentent, eux, plus anxieux à cet instant de l’expérience.

L’étude révèle également que les enfants les plus suggestibles sont ceux qui ont des dispositions à être généralement très anxieux (l’anxiété de trait) et qui éprouvent aussi une grande anxiété après l’entretien (l’anxiété d’état).

Les enfants vivent vraisemblablement les entretiens au cours d’une procédure judiciaire comme des expériences déplaisantes. L’enquêteur pourrait alors réduire leur anxiété et les aider à résister aux suggestions en adoptant un style d’interrogation fondé sur le soutien. Jehanne Almerigogna et ses collègues pensent néanmoins (p. 970) qu’un soutien trop élevé peut conduire l’enquêteur à devenir excessivement insistant et coercitif, mettant ainsi en péril la fiabilité des témoignages. Le défi serait donc de parvenir à un juste équilibre.

Les recommandations concernant les relations sociales que doit nouer l’enquêteur avec les enfants qu’il interroge reste un sujet sensible de la psychologie des témoignages et des opinions opposées s’affrontent. Seule la recherche permettra d’élaborer des guides d’entretien scientifiquement validés.

Référence :

Almerigogna, J., Ost, J., Bull, R., & Akehurst, L. (2007). A state of high anxiety : How the non-supportive interviewers can increase the suggestibility of child witnesses. Applied Cognitive Psychology, 21(7), 963-974.

Mots-clés :

Témoignage oculaire - Suggestibilité – Mémoire - Comportement de l’interviewer – Entretien – Interrogatoire - Soutien social –Enfants d’âge scolaire - Mineurs

À lire également sur PsychoTémoins :

L’effet du stress sur le contenu des souvenirs chez l’enfant

Recueil des témoignages d’enfants : du comportement de l’interviewer

Témoignages d’enfants : émotion et contexte social de l’entretien