Témoignage oculaire, faux souvenirs et vieillissement

22 janvier 2010 par Frank Arnould

Témoins oculaires jeunes et âgés ne vivent pas leurs faux souvenirs d’un crime de la même façon.

PNG - 34.4 ko

Au cours d’une expérience mise au point par des psychologues espagnols, des adultes jeunes et âgés visionnaient dans un premier temps l’enregistrement vidéo d’un vol. Quelques instants plus tard, ces participants devaient essayer de reconnaître différentes actions de la scène de crime, dont certaines étaient fausses. Ils devaient répondre par oui s’ils se souvenaient du fait et par non dans le cas contraire.

Les résultats montrent que les personnes âgées se sont aussi bien souvenues de faits réels que les sujets plus jeunes. Par contre, elles acceptaient un plus grand nombre d’informations erronées. Non seulement les seniors manifestaient une difficulté accrue à distinguer vraies et fausses informations, mais elles présentaient également une tendance plus prononcée à répondre par oui dans le test.

Les chercheurs ont aussi fait une autre découverte. Par rapport aux jeunes adultes, les seniors indiquaient deux fois plus souvent être capables de se souvenir de détails liés à des informations fausses reconnues à tort. Autrement dit, ils vivaient ces faux souvenirs du crime avec les mêmes expériences subjectives que celles accompagnant de vrais souvenirs.

Référence :

Aizpurua, A., Garcia-Bajos, E., & Migueles, M. (2009). Memory for actions of the event : Older and younger adults compared. The Journal of Psychology, 136(4), 428-441.

Mots clés :

Témoignage oculaire — Vieillissement — Expérience subjective — faux souvenirs — Mémoire — Cognition — Adultes jeunes — Personnes âgées.

Crédit photo :

chefrander
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)