• Accueil
  • Actualités
  • Témoignages d’enfants : émotion et contexte social de l’entretien

Témoignages d’enfants : émotion et contexte social de l’entretien

4 mai 2007 par Frank Arnould

Le stress éprouvé par des jeunes enfants au moment où ils assistent à une scène effrayante ou quand ils témoignent, a des effets différents sur leur témoignage, notamment lorsque l’interviewer se comporte de manière froide et leur manifeste peu de soutien social.

L’effet des émotions négatives, comme la peur, sur la mémoire des enfants a déjà fait l’objet d’investigations nombreuses. On comprend bien l’intérêt de ces travaux pour la mémoire des enfants qui sont témoins. En effet, les événements auxquels ils assistent sont généralement générateurs d’émotions négatives.

Jusqu’à présent, les recherches se sont surtout intéressées à l’effet de l’éveil émotionnel éprouvé à l’instant même où les enfants sont témoins (le moment de l’encodage des évènements). Jodi Quas et Heather Lench, de l’Université de Californie à Irvine aux Etats-Unis, se sont aussi penchées sur l’effet de l’éveil émotionnel sur la mémoire quand de jeunes enfants sont interrogés (le moment de la récupération des évènements). Leur objectif est également d’évaluer si la façon dont est conduit l’entretien influence le témoignage.

Dans leur étude (Quas & Lench, 2007), des enfants de 5 et 6 ans sont invités à visionner une vidéo décrivant une scène effrayante. Une semaine plus tard, ils sont interrogés sur le film. L’entretien se déroule de deux façons. Dans certains cas, il est conduit de manière chaleureuse et positive. Dans d’autres cas, l’intervieweur se montre froid et manifeste peu de soutien social à l’enfant. Le rythme cardiaque des jeunes témoins sert d’indice de stress. Il est mesuré aussi bien pendant le visionnage de la vidéo (encodage) que pendant l’entretien (récupération).

Les deux chercheurs observent qu’une augmentation de la fréquence cardiaque (dénotant un niveau de stress élevé) au moment du visionnage de la scène conduit les enfants à commettre moins d’erreurs de mémoire lorsqu’ils sont questionnés. Par contre, un tel éveil physiologique au moment de l’entretien les amènent à commettre plus d’erreurs, mais uniquement lorsque l’intervieweur se comporte froidement. Lorsque l’entretien est conduit de façon chaleureuse et positive, le rythme cardiaque n’est pas lié à la proportion d’erreurs dans les témoignages.

Ainsi, le stress chez les jeunes enfants, selon qu’il est éprouvé au moment où ils assistent à une scène effrayante ou au moment où ils sont interrogés, a des effets différents sur leur témoignage, notamment lorsque l’interviewer se comporte de manière froide et leur manifeste peu de soutien social.

Référence :

Quas, J. A., & Lench, H. C. (2007). Arousal at encoding, arousal at retrieval, interviewer support, and children’s memory for a mild stressor. Applied Cognitive Psychology, 21(3), 289-305.

Mots-clés :

Témoignage oculaire, Emotion, Peur, Stress, Rythme cardiaque, Entretien, Soutien social, Mémoire, Enfants

À lire également sur PsychoTémoins :

L’effet du stress sur le contenu des souvenirs chez l’enfant

Recueil des témoignages d’enfants : du comportement de l’interviewer

Témoignage d’enfants : le soutien de l’enquêteur en renfort