Témoignages d’enfants : parole et gestes

3 juin 2010 par Frank Arnould

Les gestes émis par l’enquêteur et l’enfant contribuent-ils à la crédibilité du témoignage ?

PNG - 34.8 ko

Les résultats que viennent de publier Sara Broaders et Susan Goldin-Meadow, de l’Université de Chicago, aux États-Unis, devraient inciter les professionnels de la justice à considérer avec attention les gestes émis à la fois par l’enquêteur et l’enfant pendant le recueil d’un témoignage.

Les chercheurs convient trente-neuf enfants, âgés de 5 à 6 ans, à un spectacle musical. Les jeunes participants sont ensuite interrogés à cinq reprises à propos de cet évènement, chaque entretien étant séparé d’une période de deux semaines.

Quatre de ces entretiens sont standardisés, comportant toujours les mêmes questions, aussi bien spécifiques qu’ouvertes. Celles-ci portent sur des faits réels, mais également sur des faits inexistants. Dans certains cas, l’interviewer accompagne ses questions d’un geste. Par exemple, en demandant à l’enfant « Quel autre vêtement portait le musicien ? », il mime le fait de mettre un chapeau sur sa tête. L’expérience se termine par une séance de rappel libre.

Les résultats montrent que les gestes de l’interviewer suggèrent à l’enfant des informations, vraies ou fausses. Le jeune témoin peut introduire ces éléments dans ses propos et tend à les reproduire dans les entretiens suivants. En outre, une question ouverte, réputée neutre, s’avère être tout aussi suggestive qu’une question dirigée purement verbale quand elle s’accompagne d’un geste.

Les chercheurs constatent également qu’un enfant communique spontanément par geste certaines informations sur les faits qu’il ne divulgue pas dans ses déclarations verbales.

Dans un cadre judiciaire, ces données suggèrent plusieurs recommandations. Premièrement, les enquêteurs devraient contrôler leurs gestes pendant l’entretien avec un enfant, même quand sont posées des questions ouvertes.

Deuxièmement, l’enregistrement vidéo de l’entretien s’avère nécessaire : l’enfant communique par geste de nouvelles informations, pouvant ne pas être retranscrites dans le procès verbal ; de plus, les gestes de l’interviewer peuvent être suggestifs. Par conséquent, l’enregistrement devrait permettre de visualiser aussi bien le jeune témoin que l’enquêteur.

Référence :

Broaders, S. C., & Goldin-Meadow, S. (2010). Truth Is at Hand : How Gesture Adds Information During Investigative Interviews. Psychological Science, 21(5), 623-628.

Mots clés :

Témoignage — Interrogatoire de police – Entretien – Gestes – Suggestibilité – Crédibilité — Mineurs — Enfants

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Témoignages d’enfants

Crédit photo :

Crystal Campbell
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)