Témoignages oculaires : les gestes suggestifs

30 septembre 2013 par Frank Arnould

Les gestes d’un enquêteur peuvent influencer les déclarations d’un témoin oculaire.

PNG - 76 ko

La recherche scientifique montre que les souvenirs ne sont pas de simples reproductions du passé. Ils sont en fait des reconstructions des évènements que nous avons vécus et peuvent être alors soumis à diverses influences internes et externes.

La mémoire des témoins oculaires n’échappe évidemment pas à ce mode de fonctionnement. Par exemple, un enquêteur peut suggérer à un témoin, intentionnellement ou non, des informations inexactes sur les faits. Ces suggestions trompeuses peuvent contaminer les déclarations du témoin et parfois même se transformer en faux souvenirs. C’est ce que les psychologues appellent l’effet de désinformation (Loftus, 2005) [1].

Pour étudier ce phénomène, les chercheurs ont recours généralement à des suggestions de nature verbale. Toutefois, une étude a déjà montré que les déclarations faites par des enfants peuvent être influencées par les gestes de l’interviewer (lire sur PsychoTémoins : Témoignages d’enfants : parole et gestes). Une nouvelle série d’expériences indique que c’est aussi le cas chez l’adulte (Gurney, Pine, & Wiseman, 2013). Par exemple, dans la première expérience, les participants ont visionné l’enregistrement vidéo d’une altercation entre deux individus. Ils devaient ensuite répondre aux questions d’un policier à propos de cet évènement. En leur demandant quel type de bijou portait la victime, le policier suggérait à certains participants, par un geste de la main, qu’elle portait une bague (fait exact) ; à d’autres participants, il suggérait, toujours par un geste de la main, qu’elle portait une montre (fait inexact). Les résultats ont montré que les participants ont été plus enclins à répondre en acceptant la suggestion gestuelle, correcte ou inexacte, du policier [2].

Dans cette expérience, une suggestion gestuelle a pu influencer les déclarations de témoins oculaires à propos d’un élément (le bijou) présent dans la scène d’altercation entre les deux individus. Dans la deuxième expérience, les chercheurs ont réussi à suggérer, par des gestes trompeurs du policier, des éléments totalement absents d’une scène de vol, sauf quand les gestes étaient trop ambigus. La troisième expérience a reproduit ce résultat, mais cette fois, les participants ont interagi directement avec l’interviewer, alors que ce dernier était filmé dans les deux expériences précédentes.

Des gestes suggestifs peuvent donc distordre et même implanter des souvenirs chez les témoins oculaires.

Références :

Gurney, D. J., Pine, K. J., & Wiseman, R. (2013). The gestural misinformation effect : skewing eyewitness testimony through gesture. The American Journal of Psychology, 126(3), 301–314. doi:10.5406/amerjpsyc.126.3.0301

Loftus, E. F. (2005). Planting misinformation in the human mind : A 30-year investigation of the malleability of memory. Learning & Memory, 12(4), 361–366. doi:10.1101/lm.94705

Mots clés :

Témoignage oculaire – Fiabilité – Mémoire – Suggestibilité – Faux souvenirs induits – Cognition – Geste – Information non verbale – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Faux souvenirs et suggestibilité

Crédit photo :

Michael Grimes
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Ou effet des informations trompeuses ou effet de l’information post-évènementielle.

[2] Et ce, par rapport à un groupe contrôle n’ayant entendu que la version audio des questions posées par le policier.