Témoins oculaires, fermez les yeux ! [Mise à jour]

25 mars 2011 par Frank Arnould

Paradoxe : c’est en fermant les yeux que les témoins oculaires se souviendraient mieux du crime.

PNG - 53.6 ko

L’entretien cognitif est une procédure qui aide témoins et victimes à mieux se souvenir d’un crime. De nombreux policiers l’utilisent aujourd’hui un peu partout dans le monde.

Cette méthode présente néanmoins plusieurs inconvénients. Son utilisation nécessite une formation préalable des enquêteurs, la procédure est longue et exigeante pour les témoins, et les policiers peuvent être tentés de ne pas respecter scrupuleusement toutes les phases de son déroulement.

Serait-il possible de mettre au point une technique simple d’utilisation, cumulant les avantages de l’entretien cognitif sans ses inconvénients ? Pour Timothy Perfect, de l’Université de Plymouth au Royaume-Uni et ses collègues, une telle méthode, presque miraculeuse, existerait bel et bien : il suffirait que les personnes témoignent... en fermant les yeux !

Une série de cinq expériences, que les auteurs publient dans la revue Law and Human Behavior, conforte leur optimisme sur cette procédure (Perfect et al., 2008). Dans l’ensemble, les témoins se souvenant, en fermant les yeux, d’une séquence vidéo ou d’une expérience vécue réellement rappellent un plus grand nombre d’informations correctes, sans se souvenir d’une plus grande quantité d’éléments incorrects, et ce, par rapport aux témoins n’ayant pas été interrogés de cette manière.

Globalement, le bénéfice pour la mémoire provoqué par la fermeture des yeux concerne aussi bien les souvenirs de détails visuels que de détails auditifs. De plus, son efficacité est constatée quand les témoins sont interrogés à l’aide de questions précises et quand ils ont l’opportunité de rappeler librement l’événement en cause.

Cette consigne ne devrait pas remplacer l’utilisation de l’entretien cognitif, concluent les chercheurs, mais être plutôt utilisée en complément. Ils ont ainsi obtenu des résultats préliminaires indiquant que le bénéfice obtenu par la fermeture des yeux s’additionne à celui de l’entretien cognitif.

Une nouvelle étude de Timothy Perfect et collaborateurs précise en quoi fermer les yeux est bénéfique pour la mémoire (Perfect, Andrade, & Eagan, 2011). Les résultats montrent qu’en utilisant cette technique, les participants commettent moins d’erreurs en se souvenant des détails visuels et auditifs d’un évènement mis en scène pour les besoins de l’expérience.

Fermer les yeux permet aussi de réduire l’effet négatif d’un bruit ambiant sur la mémoire quand les personnes répondent aux questions sur les faits, mais elles commettent autant d’erreurs que les sujets du groupe contrôle quand elles se souviennent de l’évènement dans un environnement silencieux. En outre, les auteurs ne constatent pas ici d’effet bénéfique de cette consigne sur le nombre d’éléments correctement rappelés, par rapport à la situation contrôle.

Recommander aux témoins oculaires de fermer les yeux pendant le rappel des faits serait donc surtout avantageux pour la mémoire quand le contexte de l’interview est bruyant et empêche la concentration, suggèrent les auteurs. Cela leur permettrait de supprimer la charge cognitive nécessaire au contrôle de l’environnement immédiat.

Publié le 12 octobre 2007
Mis à jour le 25 mars 2011

Références :

Perfect, T. J., Wagstaff, G. F., Moore, D., Andrews, B., Cleveland, V., Newcombe, S., Brisbane, K.-A., et al. (2008). How can we help witnesses to remember more ? It’s an (eyes) open and shut case. Law and Human Behavior, 32(4), 314-324.

Perfect, T. J., Andrade, J., & Eagan, I. (2011). Eye closure reduces the cross-modal memory impairment caused by auditory distraction. Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory, and Cognition, 37(1008-1013.

Mots clés :

Témoignage oculaire – Mémoire – Cognition – Recueil des témoignages - Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Une technique pour améliorer la qualité des témoignages d’enfants : fermer les yeux

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Entretiens et interrogatoires

Crédit photo :

Christophe Verdier
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)