Un accent étranger perturbe le témoignage oculaire

28 mars 2012 par Frank Arnould

Les témoins oculaires se souviennent moins bien de l’apparence physique d’un délinquant s’il s’est adressé à eux avec un accent étranger.

PNG - 111.9 ko

Le témoignage oculaire pourrait être perturbé par certaines informations auditives concernant l’auteur d’une infraction. C’est la découverte que viennent de faire les psychologues américains Kerri Pickel et Joshua Staller. Dans une série d’expériences, ces chercheurs ont observé que les participants (tous originaires du Midwest, aux États-Unis) se souvenaient moins bien de l’apparence physique d’un délinquant quand celui-ci parlait leur langue maternelle avec un accent étranger. Dans cette situation, ils identifiaient aussi moins souvent la voix du délinquant dans un tapissage de voix. En revanche, l’identification photographique du malfaiteur dans un tapissage visuel n’a pas été influencée par la présence ou l’absence d’accent.

Ces résultats ont été constatés avec différents scénarios criminels (carjacking et braquage de banque), accents (accent irlandais gaélique et serbe), temps d’exposition au visage du malfaiteur, délinquants et propos du malfaiteur [1].

Le traitement d’un message prononcé avec un accent étranger exigerait un surcroit d’effort de la part des témoins oculaires. De ce fait, ces derniers ne pourraient pas porter toute l’attention nécessaire aux détails physiques de délinquant. Cette hypothèse a été confirmée dans l’une des expériences mises au point par les chercheurs. Les participants devaient écouter l’enregistrement sonore d’un carjacking tout en effectuant une tâche de recherche visuelle de lettres. Quand le délinquant parlait avec un accent étranger, les sujets ont moins bien réussi cette épreuve d’attention visuelle.

Les psychologues ont également découvert que les participants à leurs expériences se souvenaient moins bien de l’apparence physique du délinquant quand les propos de ce dernier comportaient de nombreux détails ou quand ils étaient très menaçants.

Référence :

Pickel, K., & Staller, J. (2012). A perpetrator’s accent impairs witnesses’ memory for physical appearance. Law and Human Behavior, 36(2), 140-150. doi:10.1007/s10979-011-9263-7.

Mots clés :

Témoignage oculaire - Témoignage auditif - Attention - Mémoire - Cognition - Adultes

Crédit photo :

ST33VO _

Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Dans ces expériences, les participants visionnaient l’enregistrement vidéo d’une infraction et devaient s’imaginer à la place de la victime.