Un biais dans l’estimation de l’âge des personnes

8 mars 2012 par Frank Arnould

Une étude révèle que nous estimons mieux l’âge des personnes qui appartiennent à notre propre groupe d’âge.

JPEG - 17.1 ko

Témoins oculaires et victimes décrivent généralement l’apparence physique d’un malfaiteur avec un nombre limité d’informations. L’estimation de l’âge du délinquant est l’un des détails fréquemment relatés dans leurs déclarations (Demarchi & Py, 2009 ; Meissner, Sporer, & Schooler, 2007) . La recherche scientifique (voir Rhodes, 2009, pour une revue de la question) a montré que l’estimation de l’âge des personnes est globalement précise : la différence entre l’âge réel et l’âge estimé n’est pas très importante [1]

Cependant, certains facteurs peuvent moduler ce niveau de précision. Par exemple, une équipe de psychologues de l’Université de Liège, en Belgique, a découvert que l’âge des participants influencerait la manière dont est perçu l’âge de visages (Moyse & Brédart, 2012) .

Des enfants de 10 à 14 ans, des adultes jeunes de 20 à 30 ans et des personnes âgées de 65 à 75 ans ont été invités à estimer l’âge d’enfants, d’adultes jeunes et de personnes âgées. Les adultes jeunes et les personnes âgées ont estimé avec plus de précision l’âge des personnes appartenant respectivement à leur groupe d’âge que celui d’individus de groupes d’âge différents. Les enfants ont également eu tendance à estimer plus précisément l’âge d’enfants que celui d’adultes jeunes ou de séniors. Toutefois, devant des visages d’enfants, les différences de précision entre les trois groupes de participants ne se sont pas révélées statistiquement significatives.

Selon les auteurs de cette étude, deux explications permettraient de comprendre les résultats constatés. L’une repose sur le niveau d’expertise que nous acquerrions avec les visages que nous côtoyons le plus souvent dans notre vie quotidienne. L’autre fait référence à des facteurs motivationnels, c’est-à-dire au fait que nous aborderions différemment les visages de personnes qui appartiennent à notre groupe d’appartenance par rapport à ceux de personnes de groupes différents.

Comme dans les études sur la reconnaissance des visages (Rhodes & Anastasi, 2012), le groupe d’âge d’appartenance influencerait aussi l’estimation de l’âge d’un visage. Toutefois, peu d’études ont abordé, à ce jour, ce phénomène et leurs données ne sont pas toujours concordantes.

Références :

Demarchi, S., & Py, J. (2009). A method to enhance person description : A field study. Dans R. Bull, T. Valentine, & T. Williamson (Éds.), Handbook of Psychology of Investigative Interviewing. Chichester : Wiley-Blackwell.

Meissner, C. A., Sporer, S. L., & Schooler, J. W. (2007). Person descriptions as eyewitness evidence. Dans R. C. L. Lindsay, D. F. Ross, J. D. Read, & M. P. Toglia (Éds.), The Handbook of Eyewitness Psychology (p. 3–34). Mahwah : Lawrence Erlbaum Associates.

Moyse, E., & Brédart, S. (2012). An own-age bias in age estimation of faces. Revue Européenne de Psychologie Appliquée/European Review of Applied Psychology, 62(1), 3–7.

Rhodes, M. G. (2009). Age estimation of faces : a review. Applied Cognitive Psychology, 23(1), 1–12.

Rhodes, M. G., & Anastasi, J. S. (2012). The own-age bias in face recognition : A meta-analytic and theoretical review. Psychological Bulletin, 138(1), 146-174.

Mots clés :

Estimation de l’âge - Visages - Description - Groupe d’âge d’appartenance - Biais cognitif - Cognition - Mineurs - Enfants d’âge scolaire - Adolescents - Adultes jeunes - Personnes âgées.

À lire également sur PsychoTémoins :

Un biais dans la reconnaissance inter-âge des visages

Crédit photo :

Mark Lister
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Dans certaines situations, une erreur même minime d’estimation peut avoir de graves conséquences. C’est par exemple le cas quand un vendeur surestime, même légèrement, l’âge d’une personne qui n’est normalement pas éligible pour l’achat d’alcool ou de tabac.