• Accueil
  • Actualités
  • Un seul ou plusieurs portraits-robots ? Effets sur l’identification d’un suspect

Un seul ou plusieurs portraits-robots ? Effets sur l’identification d’un suspect

18 avril 2006 par Frank Arnould

Dans deux expériences, Brace, Pike, Kemp, Turner & Bennett (2006) ont étudié l’identification d’une personne à partir de la présentation d’un ou de plusieurs portraits-robots.

Au cours de la première étude, des témoins visionnent un film dans lequel un homme, qu’ils ne connaissent pas, dérobe un objet à l’intérieur d’une voiture. Avec l’aide d’un policier, chaque témoin va élaborer ensuite un portrait-robot du malfaiteur. D’autres sujets vont essayer d’identifier la personne, qui leur est familière, à partir de la présentation de un, quatre ou des huit portraits-robots construits. Les résultats indiquent que le taux d’identification correcte est plus élevé lorsque huit portraits-robots sont présentés par rapport à un seul. Cependant, les taux d’identifications correctes les plus élevés sont obtenus lorsque quatre portraits-robots sont présentés et ce, indépendamment de leur niveau de qualité (meilleure, médiane, plus mauvaise) évalué par les témoins.

Dans la deuxième étude, des sujets doivent sélectionner les quatre portraits-robots qui se ressemblent le plus entre eux parmi huit d’un visage non familier. D’autres sujets doivent ensuite identifier la personne, qui leur est familière, lorsqu’on leur présente le portrait-robot le plus féquemment choisi ou bien les quatre plus similaires ou l’ensemble des huit. Plus le nombre de portraits-robots augmente, plus le taux d’identification correcte s’élève (22 %, 27 % et 36 %). Le taux le plus élevé est obtenu lorsque huit portraits-robots sont présentés bien que l’association entre le nombre de portraits-robots et l’identification n’est pas statistiquement significative. Lorsqu’un seul portrait-robot est présenté, le taux d’identifications correctes est plus élevé dans la deuxième étude que dans la première (22 % versus 10 % pour les portraits-robots jugés de meilleure qualité). Lorsque l’on compare ce taux entre les deux expériences avec quatre portraits-robots présentés, les identifications correctes de la deuxième étude sont alors inférieures à celles de la première. Pour les auteurs, les résultats de la seconde étude pourrait servir de base empirique pour élaborer une procédure lorsque la police doit choisir qu’un seul portrait-robot pour identifier un suspect, ce qui est la pratique courante. Le choix pourrait se porter sur celui qui est jugé le plus similaire aux autres portraits-robots.

Référence :

Brace, N., Pike, G., Kemp, R., Turner, J., & Bennett, P. (2006). Does the presentation of multiple facial composites improve suspect identification ? Applied Cognitive Psychology, 20, 213-226.

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche - Portraits-robots