• Accueil
  • Actualités
  • Une nouvelle fonction pour la description de l’apparence physique d’un malfaiteur ?

Une nouvelle fonction pour la description de l’apparence physique d’un malfaiteur ?

2 avril 2008 par Frank Arnould

La description de l’apparence physique d’un malfaiteur est utile à différents moments d’une enquête criminelle. Pourrait-elle aussi aider les témoins ou les victimes à être plus précis dans une parade d’identification ?

La description faite par un témoin ou une victime de l’apparence de l’auteur d’un crime est un élément important pour la progression de l’enquête. Elle permet, par exemple, de restreindre la recherche des suspects éventuels et de construire un portrait-robot. Certains chercheurs recommandent de l’utiliser pour choisir les personnes innocentes qui seront alignées avec le suspect dans la parade d’identification.

Quand un suspect est appréhendé, le témoin ou la victime pourraient réutiliser leur propre description, avant d’être confrontés à la parade d’identification, pour se remettre en situation et prendre ainsi une décision plus précise. Cette éventualité est testée par le psychologue Siegfried Sporer, de l’Université de Giessen en Allemagne (Sporer, 2007). Les participants de l’expérience visionnent tout d’abord un enregistrement vidéo dans lequel un homme subtilise une paire de lunettes de soleil chez un opticien. Ils sont ensuite invités à décrire les faits et l’apparence physique du voleur. Une semaine plus tard, ils sont confrontés à une parade d’identification. Leur tâche est de décider s’ils reconnaissent ou non le voleur parmi les personnes leur faisant face. Selon le cas, le malfaiteur est présent dans la parade, ou bien il est remplacé par un suspect innocent. Avant cela, certains témoins ont eu la possibilité de relire leur description des faits et de l’apparence du malfaiteur. La relecture de la description améliore la précision de l’identification de 16 % par rapport à l’absence de relecture. Cependant, la différence entre les deux situations n’est pas significative. Les descriptions du malfaiteur sont peu détaillées, ne pouvant pas servir d’indices efficaces pour améliorer sensiblement la précision des identifications.

Les témoins ayant relu leur description sont moins sûrs de leur choix dans la parade d’identification et sont moins rapides pour prendre leur décision. Ils ont pu constaté que leur description était plutôt limitée, les rendant ainsi moins confiants dans leurs souvenirs. En outre, s’il existe une association positive entre l’exactitude de l’identification et le niveau de certitude, celle-ci n’est significative que pour les témoins n’ayant pas procédé à la relecture.

D’autres études ont obtenu des résultats aussi mitigés. La relecture de la description ne serait efficace que dans certaines circonstances.

Référence :

Sporer, S. L. (2007). Person descriptions as retrieval cues : Do they really help ? Psychology, Crime & Law, 13(6), 591-609.

Lectures supplémentaires :

Meissner, C.A., Sporer, S.L., & Schooler, J.W. (2007). Person descriptions as eyewitness evidence. In Lindsay, R.C.L., Ross, D.F., Read, J.D, & Toglia, M.P. (Eds.). The Handbook of Eyewitness Psychology (Vol. 2. Memory for People). Mahwah : Lawrence Erlbaum Associates. Synthèse de la littérature scientifique portant sur la description des personnes. Disponible en ligne sur la page personnelle de Christian A. Meissner. http://works.bepress.com/christian_meissner/15/

Meissner, C.A., Sporer, S.L., & Susa, K.J. (sous presse). A theoretical review and meta-analysis of the description-identification relationship in memory for faces. European Journal of Cognitive Psychology, 20(3), 414-455. Méta-analyse de trente-trois articles de recherche portant sur la relation entre la description verbale d’un visage et la précision de son identification. Article disponible en ligne sur la page personnelle de Christian A. Meissner. http://works.bepress.com/christian_meissner/32/

Mots-clés :

Témoignage oculaire, Parade d’identification, Tapissage, Mémoire, Description du malfaiteur, Certitude, Temps de latence, Adultes