• Accueil
  • Actualités
  • Une technique pour améliorer la qualité des témoignages d’enfants : fermer les yeux

Une technique pour améliorer la qualité des témoignages d’enfants : fermer les yeux

24 octobre 2012 par Frank Arnould

Les enfants fermant les yeux en rappelant les faits font des déclarations plus précises. Le bénéfice observé sur la mémoire persiste même dans le temps.

JPEG - 22.5 ko

Des études récentes ont montré que les témoins oculaires se souvenaient d’un plus grand nombre d’éléments corrects sur les faits en fermant leurs yeux (Perfect et al., 2008 ; Perfect, Andrade, & Eagan, 2011). Selon l’hypothèse de la charge cognitive, en fermant les yeux, les témoins sont moins perturbés par des éléments extérieurs. Leurs ressources cognitives peuvent alors être utilisées en priorité pour se remémorer les faits.

Ce phénomène a été observé chez l’adulte. Cependant, les premiers travaux chez l’enfant commencent à paraître. Une première expérience (Mastroberardino, Natali, & Candel, 2011) montre ainsi que des enfants de 6 à 11 ans se sont mieux souvenus d’une scène émotionnelle en répondant à des questions ciblées quand ils avaient fermé les yeux plutôt qu’en les gardant ouverts (plus de détails corrects et moins de détails incorrects remémorés). En revanche, aucune différence n’a été constatée entre le fait de garder les yeux fermés ou ouverts sur le rappel libre des détails de la scène (personnes, objets, actions et lieu).

Une nouvelle expérience, menée auprès d’enfants âgés, en moyenne, de 11 ans, indique que la fermeture des yeux exercerait un effet bénéfique sur la mémoire même après un délai d’une semaine suivant les faits (Natali, Marucci, & Mastroberardino, 2012). Les jeunes participants ont d’abord visionné un enregistrement vidéo de onze minutes décrivant un braquage de banque. Immédiatement après, ils ont été interrogés sur ce qu’ils venaient de voir, soit en fermant les yeux, soit en les gardant ouverts. L’interviewer leur demandait de relater librement les faits puis de répondre à des questions portant sur des détails visuels et auditifs de la scène. Les chercheurs ont observé que les enfants avaient produit des réponses plus précises quand ils avaient été interrogés en fermant les yeux plutôt qu’en les gardant ouverts. A noter que dans cette étude, la fermeture des yeux a aussi amélioré le rappel libre des faits.

Une semaine plus tard, les jeunes témoins ont de nouveau été conviés à répondre à la question de rappel libre et aux questions sur les détails visuels et auditifs, soit en fermant les yeux, soit en les gardant ouverts. Ainsi, ils ont été répartis dans quatre groupes expérimentaux différents : yeux ouverts Jour 1 + yeux ouverts Jour 8 ; Yeux ouverts Jour 1 + yeux fermés Jour 8 ; Yeux fermés Jour 1 + yeux fermés Jour 8 ; Yeux fermés Jour 1 + yeux ouverts Jour 8.

L’analyse des données a révélé que l’effet bénéfique de la fermeture des yeux sur la mémoire des enfants a persisté avec le temps. Les enfants les moins précis sont ceux dont les déclarations ont été recueillies les yeux ouverts immédiatement et une semaine après les faits. Les résultats indiquent également que se souvenir immédiatement des faits les yeux fermés a permis aux enfants de consolider leurs souvenirs de l’infraction et d’en former des traces plus durables.

Ces études suggèrent donc que les enquêteurs pourraient disposer d’une méthode simple à mettre en œuvre permettant aux enfants interrogés de faire des déclarations plus précises et de délivrer un plus grand nombre d’informations pertinentes. Cependant, ces premiers résultats devront être confirmés. Les chercheurs devront aussi s’assurer que la méthode est applicable à tous les enfants ou si certains groupes d’âge en bénéficient plus que d’autres.

Références :

Mastroberardino, S., Natali, V., & Candel, I. (2011). The effect of eye closure on children’s eyewitness testimonies. Psychology, Crime & Law, 18(3), 245-257. doi:10.1080/10683161003801100

Natali, V., Marucci, F. S., & Mastroberardino, S. (2012). Long-term memory effects of eye closure on children eyewitness testimonies. Applied Cognitive Psychology, 26(5), 730–736. doi:10.1002/acp.2853

Perfect, T. J., Andrade, J., & Eagan, I. (2011). Eye closure reduces the cross-modal memory impairment caused by auditory distraction. Journal of Experimental Psychology : Learning, Memory, and Cognition, 37(4), 1008-1013. doi:10.1037/a0022930

Perfect, T. J., Wagstaff, G. F., Moore, D., Andrews, B., Cleveland, V., Newcombe, S., Brisbane, K.-A., et al. (2008). How can we help witnesses to remember more ? It’s an (eyes) open and shut case. Law and Human Behavior, 32(4), 314-324. doi:10.1007/s10979-007-9109-5

Mots clés :

Témoignage oculaire – Entretien – Fermeture des yeux – Mémoire – Cognition – Mineurs – Enfants d’âge préscolaire.

À lire également sur PsychoTémoins :

Témoins oculaires, fermez les yeux ! [Mise à jour]

Crédit photo :

Lotus Carroll
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)