• Accueil
  • Actualités
  • Vérité ou mensonge : les adultes savent-ils évaluer la crédibilité des témoignages d’enfants ?

Vérité ou mensonge : les adultes savent-ils évaluer la crédibilité des témoignages d’enfants ?

12 octobre 2012 par Frank Arnould

Une étude révèle qu’un groupe d’adultes n’a pas réussi à distinguer les propos véridiques des propos mensongers d’enfants, même quand ces propos portaient sur une situation complexe et stressante.

PNG - 58 ko

Au cours d’un procès, les jurés sont parfois amenés à évaluer la crédibilité de témoignages d’enfants. Sans formation ni expertise, sont-ils néanmoins capables de détecter les enfants menteurs des enfants sincères ? Une expérience, publiée par des psychologues canadiens, révèle en fait que les adultes ne réussiraient pas à distinguer mensonge et vérité dans les propos d’enfants de 8 à 9 ans et de 12 à 14 ans (Warren, Dodd, Raynor, & Peterson, 2012).

Les chercheurs ont interrogé les enfants sur un évènement complexe et stressant, à savoir une hospitalisation d’urgence en raison d’une blessure. Certains enfants avaient effectivement vécu cette expérience et ont donc répondu aux questions avec sincérité. Les autres enfants n’avaient pas vécu une telle mésaventure et ont donc été invités à en fabriquer un récit mensonger. Trois types de mensonge ont été comparés : les mensonges non préparés et recueillis sur le vif, les mensonges préparés seuls et les mensonges préparés avec l’aide des parents.

Un groupe de 514 adultes, âgés de 16 à 77 ans, a analysé les retranscriptions écrites des entretiens. La tâche de ces participants consistait ensuite à désigner les enfants menteurs et les enfants honnêtes.

Les résultats ont montré que les enfants honnêtes ont été détectés avec précision dans 48 % des cas, les enfants mentant sur le vif dans 50,4 % des cas, et les enfants ayant préparé seuls leur mensonge dans 50 % des cas [1]. En fait, tous ces taux de détection n’étaient pas significativement différents du niveau de la chance (50 %). Concernant les mensonges préparés avec l’aide des parents, les participants ont jugé que les enfants disaient la vérité… dans 74 % des cas !

Autrement dit, les adultes dans cette étude n’ont pas réussi à distinguer les enfants menteurs des enfants honnêtes et, quand les mensonges avaient été préparés avec l’aide des parents, ils ont même considéré, en majorité, que les enfants disaient la vérité.

Références :

Strömwall, L. A., Granhag, P. A., & Landström, S. (2007). Children’s prepared and unprepared lies : Can adults see through their strategies ? Applied Cognitive Psychology, 21(4), 457–471. doi:10.1002/acp.1288

Warren, K. L., Dodd, E., Raynor, G., & Peterson, C. (2012). Detecting children’s lies : Comparing true accounts about highly stressful injuries with unprepared, prepared, and coached lies. Behavioral Sciences & the Law, 30(3), 329–341. doi:10.1002/bsl.1994

Mots clés :

Témoignage d’enfants – Détection du mensonge – Émotion – Stress – Adultes

À lire également sur PsychoTémoins :

Détecter le mensonge chez l’enfant ?

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Mensonge et détection du mensonge

Crédit photo :

Muzo178
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] A noter que Strömwall, Granhag, & Landström (2007) ont observé qu’un groupe d’adultes détectait relativement moins bien les mensonges d’enfants de 11 à 13 ans préparés seuls que les mensonges non préparés, alors qu’aucune différence n’est constatée dans l’étude canadienne entre ces deux formes de mensonge.