Vieillissement et témoignage oculaire

28 octobre 2008 par Frank Arnould

Le témoignage oculaire de personnes âgées concernant un vol est-il plus fragile que celui de leurs cadets ?

Les agressions envers les personnes âgées seraient en augmentation constante en France. La littérature scientifique portant sur le témoignage oculaire des seniors est pourtant assez pauvre (Bartlett & Memon, 2007). La recherche se focalise sur les populations d’adultes jeunes et d’enfants. Sur treize phénomènes liés au témoignage oculaire recensés par Chris Moulin et ses collègues en 2007, huit d’entre eux n’avaient pas encore fait l’objet de travaux empiriques chez les plus âgés d’entre nous (Moulin, Thompson, Wright, & Conway, 2007).

Dans une expérience parue dans la revue Applied Cognitive Psychology, Alaitz Aizpurua et ses collègues du Département de psychologie de l’Université de Saint-Sébastien, Espagne, analysent l’aptitude de personnes âgées de 19 à 25 ans et de 56 à 72 ans à se souvenir de l’enregistrement vidéo d’un vol impliquant plusieurs malfaiteurs. Les difficultés de mémoire que peuvent rencontrer les personnes âgées vont-elles fragiliser leur témoignage ?

Les chercheurs constatent que les seniors se souviennent d’un moins grand nombre de faits que les témoins plus jeunes quand ils se les remémorent librement quelques instants après avoir visionné l’enregistrement. Par contre, ils ne commettent pas plus d’erreurs de mémoire que leurs cadets. Celles-ci sont d’ailleurs peu nombreuses.

Immédiatement après le vol ou une semaine plus tard, les personnes âgées reconnaissent un aussi grand nombre d’éléments corrects que les sujets plus jeunes. Elles commettent, en revanche, un plus grand nombre de fausses alarmes [1]. Immédiatement après le vol, les jeunes témoins reconnaissent les faits avec plus de précision que leurs aînés. Aucune différence d’âge n’est constatée sur cette mesure une semaine après avoir visionné la vidéo.

Les personnes âgées prennent plus de risque en répondant aux questions de reconnaissance, en particulier celles portant sur les actions des protagonistes, les conduisant à accepter plus facilement des informations erronées de la part de l’enquêteur. Lorsqu’elles reconnaissent à tort un fait nouveau, les personnes âgées ont aussi tendance à rapporter pouvoir le visualiser, le revivre mentalement ou se souvenir de détails spécifiques !

« Le vieillissement paraît jouer un rôle important dans le rappel et la reconnaissance d’informations propres à un évènement. Ce fait devrait être pris en considération par la psychologie de la mémoire et dans les domaines appliqués tels que les contextes légaux », concluent les auteurs (notre traduction). Doit-on être totalement pessimiste concernant l’aptitude des seniors à fournir des témoignages fiables ? Peut-être pas ! L’étude de Alaitz Aizpurua et collaborateurs montre que le rappel libre, bien qu’il n’élimine pas les différences d’âge dans la remémoration correcte des faits, protège au moins les seniors contre les erreurs de mémoire. Par contre, ceux-ci génèrent un plus grand nombre de faux souvenirs en réponse aux questions de reconnaissance spécifiques que les témoins plus jeunes. L’utilisation de questions ouvertes, largement recommandée pour la conduite des interrogatoires, serait donc également appropriée à une population âgée.

Références :

Aizpurua, A., Garcia-Bajos, E., & Migules, M. (2009). False memories for a robbery in young and older adults. Applied Cognitive Psychology, 23(2), 174-187.

Bartlett, J.C., & Memon, A. (2007). Eyewitness memory in young and older adults. In R.C.L. Lindsay, D.F. Ross, J. Read, & M.P. Toglia (Eds.). The Handbook of Eyewitness Psychology (Vol. 2, Memory for People, pp. 309-338), Mahwha : Lawrence Erlbaum Associates.

Moulin, C.J.A., Thompson, R.G., Wright, D.B., & Conway, M.A. (2007). Eyewitness memory in older adults. In M.P. Toglia, J. Read, D.F. Ross, & R.C.L. Lindsay (Eds.). The Handbook of Eyewitness Psychology (Vol. 1, Memory for Events, pp. 627-646), Mahwha : Lawrence Erlbaum Associates.

Mots clés :

Témoignage oculaire - Vieillissement - Mémoire - Faux souvenirs - Fausses reconnaissances - Rappel libre - Adultes jeunes - Personnes âgées

A lire également sur PsychoTémoins :

Améliorer le témoignage des personnes âgées grâce à l’entretien cognitif ?

Les personnes âgées seraient-elles des témoins peu fiables ?

Description verbale et identification du suspect : avantage aux plus âgés ?

Hypermnésie et témoignage oculaire chez la personne âgée

Crédit photo :

iirraa
Certains droits réservés (Licence Creative Commons)


[1] Une fausse alarme consiste à reconnaître à tort un élément nouveau absent de la vidéo.