• Accueil
  • Actualités
  • « Vos réponses ne sont pas satisfaisantes » : témoins sous pression et modification du témoignage

« Vos réponses ne sont pas satisfaisantes » : témoins sous pression et modification du témoignage

4 octobre 2007 par Frank Arnould

Des chercheurs britanniques ont simulé en laboratoire un entretien au cours duquel le témoin est informé que ses réponses ne sont pas satisfaisantes. Est-il alors prêt à modifier son récit ?

Allan Groarty et James Baxter, de l’Université de Strathclyde à Glasgow, ont proposé à des étudiants de visionner sur un écran de télévision une scène de vol. Ces « témoins » sont ensuite questionnés. A la fin de l’interrogatoire, leurs réponses sont commentées de façon négative ou neutre. Dans le premier cas, elles sont jugées peu satisfaisantes, comparativement à celles d’autres témoins.

Lorsque les réponses sont commentées négativement, les témoins ont une tendance plus prononcée à modifier ensuite leur récit du vol dans le second interrogatoire. Ils ont alors un penchant plus net à donner des nouvelles réponses moins précises que les premières ! Leur niveau d’anxiété d’état [1] est plus élevé et ils perçoivent l’entretien comme étant plus difficile par rapport à leurs compères dont les récits ont été commentés de façon neutre. La présence d’un deuxième « enquêteur » intervenant régulièrement au cours de l’interrogatoire, n’a pas d’influence sur les réponses des témoins. Comparativement à un entretien mené par un enquêteur unique, la présence du second enquêteur accroit uniquement le niveau d’anxiété de trait [2] des participants de l’expérience.

Cette étude nous éclaire sur deux points importants : un témoin ou un suspect peuvent modifier leur récit d’un délit ou d’un crime lorsque leurs réponses sont commentées négativement, même en l’absence de questions dirigées. La présence d’un second enquêteur lors de l’interrogatoire, pratique courante, n’a pas d’influence sur les réponses des témoins.

Les auteurs concluent que leur travail indique qu’un commentaire négatif peut donc être, au mieux, inutile ou, peut déformer le rappel et être contreproductif dans certains cas (p. 463-464).

Référence :

McGroarty, A., & Baxter, J.S. (2007). Interrogative pressure in simulated forensic interviews : The effect of negative feedback. British Journal of Psychology, 98, 455-465.

Mots-clés :

Suggestibilité, Mémoire, Témoignage oculaire, Influence sociale, Anxiété, Rétroaction négative, Entretien, Interrogatoire de police, Adultes


[1] Anxiété transitoire apparaissant à un moment particulier.

[2] Disposition stable et persistante à l’anxiété.