Vrais et faux souvenirs émotionnels chez l’enfant maltraité

29 mars 2011 par Frank Arnould

La mémoire émotionnelle des enfants maltraités fonctionne comme celle des enfants n’ayant pas vécu de mauvais traitements.

PNG - 78.9 ko

Les expériences de maltraitance modifient-elles la mémoire émotionnelle chez l’enfant ? Le stress vécu par les jeunes victimes, avec ses conséquences neurobiologiques et sur la santé mentale, pourrait en effet fragiliser leur fonctionnement mnésique. Après analyse des résultats d’une expérience parue dans la revue Child Development, une équipe de psychologues a conclu que ce n’était pourtant pas le cas (Howe, Toth, & Cicchetti, 2011).

Les enfants de leur étude, âgés de 6 à 12 ans, avaient vécu, pour une partie d’entre eux, des expériences de maltraitance (négligence parentale, agressions psychologiques, physiques, sexuelles). L’expérimentateur leur a présenté successivement deux listes de mots à mémoriser. Ces listes étaient conçues d’une manière un peu particulière (paradigme DRM). Chaque mot d’une liste était associé sémantiquement à un autre mot qui n’était pas présenté – le leurre. De nombreuses études ont montré que, dans ces circonstances, les personnes se souviennent à tort du leurre comme ayant été étudié, à cause des liens qu’il entretient avec les mots de la liste. Ces faux souvenirs spontanés sont d’ailleurs plus fréquents chez les enfants plus âgés et les adultes que chez les jeunes enfants (Brainerd, Reyna, & Ceci, 2008). Dans l’expérience présente, certaines listes avaient un contenu émotionnellement négatif, d’autres non (voir Encadré).

Deux consignes différentes ont été données aux enfants entre chaque liste, en fonction de la condition expérimentale dans laquelle ils avaient été répartis. Ainsi, certains participants ont été explicitement incités à se souvenir des mots de la première liste, alors que d’autres ont été invités à les oublier, l’expérimentateur prétextant que cette liste ne servait que d’entraînement. En fait, cette procédure devait permettre aux chercheurs d’évaluer à quel point ces enfants ont été capables d’inhiber les souvenirs de la première liste de mots. L’épreuve de mémoire s’est terminée par un test de rappel puis de reconnaissance des mots de chaque liste. Les enfants du groupe contrôle n’ont eu à mémoriser qu’une seule liste et à s’en souvenir.

Les enfants maltraités ont produit autant de vrais et de faux souvenirs que les enfants n’ayant pas vécu de mauvais traitements. Tous ces participants ont été capables d’inhiber leurs souvenirs (vrais ou faux) s’ils en avaient reçu la consigne, surtout quand ceux-ci portaient sur des informations émotionnellement neutres. La performance de la mémoire s’est révélée être associée au niveau d’intelligence verbale des enfants, mais pas à celui de symptômes dissociatifs.

« Cet ensemble de résultats est particulièrement important quand on essaye de comprendre l’aptitude des enfants maltraités à témoigner dans une salle d’audience », concluent les auteurs, même si, reconnaissent-ils, les mots présents dans les listes ne reflètent pas complètement l’étendue des évènements sur lesquels ces victimes sont interrogées.

Un peu de méthode

Exemples de listes DRM neutres et émotionnellement négatives utilisées dans l’expérience de Howe et collaborateurs (leurres en lettres majuscules) :

Liste émotionnelle : ARME – Pistolet, Couteau, Bombe, Poing, Fusil, Sang, Mort, Blessure, Cicatrice, Exploser

Liste neutre : SOMMEIL – Lit, Se détendre, Eveillé, Fatigué, Rêve, Couverture, Ronfler, Sieste, Oreiller, Bailler

Références :

Brainerd, C. J., Reyna, V. F., & Ceci, S. J. (2008). Developmental reversals in false memory : A review of data and theory. Psychological Bulletin, 134(3), 343-382.

Howe, M. L., Toth, S. L., & Cicchetti, D. (2011). Can maltreated children inhibit true and false memories for emotional information ? Child Development, 82(3), 967-981.

Mots clés :

Enfants maltraités – Mineurs – Mémoire – Faux souvenirs – Émotion – Cognition – Dissociation – Intelligence verbale – QI – Quotient intellectuel – Paradigme Deese-Roediger-McDermott (DRM)

À lire également sur PsychoTémoins :

Sous-rubrique Actualités de la recherche – Témoignages d’enfants

Crédit photo :

lenaah
Certains droits réservés : Licence Creative Commons